Rechercher une fiche conseil
par pathologie :

CARENCE ET MANQUE DE FER


CARENCE ET MANQUE DE FER

 Définition - Causes - Symptômes 

Les différentes étapes dans un manque de fer dans l’organisme. Les conseils suivants  s’adresseront surtout aux personnes dans la première étape de cette carence

1ere étape : Absence de fer de réserve, les stocks sont très bas. Le taux de ferritine est très bas mais l’apport en fer pour l’érythropoïèse (Fabrication des globules rouges) est normal, comme le taux d’hémoglobine. Les signes cliniques sont présents mais considérés comme superficiels (différentes molécules contenant du fer sont affectées, voir ci-après).

2eme étape : Le fer de réserve est épuisé. L’approvisionnement pour l’érythropoïèse diminue, affectant la fabrication des globules rouges et le fonctionnement de toutes les molécules utilisant le fer : myoglobine, enzymes, cytochrome, flavoprotéines. Cette étape est marquée médicalement par une diminution du fer sérique, une élévation de la capacité de fixation de la trans-ferritine, et une diminution du coefficient de saturation. Les signes cliniques sont assez marqués.   3eme étape : La synthèse de l’hémoglobine est affectée. Son taux sanguin chute, signal de l’anémie.  L’anémie apparaît donc comme un fait tardif dans le processus insidieux et progressif du manque de fer dans un organisme.

Le taux de ferritine est très souvent bas chez les femmes et les enfants. Ainsi une étude hollandaise de 2005 sur des adolescents de 14 à 20 ans a révélé un taux de ferritine inférieur aux normes chez 99% des filles et 40% des garçons… !

La ferritine est un marqueur d’estimation qui signale aussi une inflammation dans l'organisme. Elle n'indique pas uniquement le taux de réserve de fer !  Elle a une valeur indicative et doit souvent être complétée par d’autres marqueurs sanguins.

- Si la ferritine est basse ou très basse, de 0 à 40on est pratiquement sur que les réserves de fer sont basses.

- Si la ferritine est haute, ( au-delà de 150 ), on sera dans le doute car la ferritine est aussi un marqueur inflammatoire !  Donc une valeur élevée ne signifie pas automatiquement que le taux de fer dans l’organisme est élevée. Cas fréquent chez les femmes. On fera donc impérativement des tests ou examens complémentaires.

Remarques

Retenons quelques règles basiques, nécessaires à un apport suffisant de fer alimentaire :

Matin : Abricots secs, pruneaux, noix seront au menu. On pourra varier avec du cacao au lait d’avoine ou  une crème budwig (2) ou des céréales complètes préparées aux laits végétaux et de la mélasse noire. Pensez également aux graines germées (notamment au fenugrec) et, si le repas de midi est frugal, au petit déjeuner type anglo-saxon avec œuf mollet ou au plat, saumon ou jambon.

Midi et soir :  En cas de fragilité et d’inflammations digestives (fréquentes dans les grosses carences de fer), éviter absolument de consommer produits laitiers (lait, fromages,yaourts) et produits riches en gluten (pain et pâtes) dans les mêmes repas que les légumineuses (lentilles, soja, pois chiches…), les poissons, les fruits de mer et les viandes. La digestion sera grandement facilitée, l’intestin moins agressé et donc le fer sera mieux assimilé.

Eviter toujours le traditionnel yaourt en fin de repas, remplacer  si nécessaire par une compote. Les fruits seront consommés de préférence avant ou entre les repas.   

Agrémenter les plats riches en protéines, viandes, légumineuses, poissons, de persil, poireau et algues marines - wakamé, nori, kombu…-.

Les légumes frais et bio sont évidemment à consommer régulièrement, sous toutes formes culinaires. Le riz, le millet ou la quinoa (sans gluten) seront les meilleures sources de glucides lents et pourront être associés aux aliments protéiques précités. Préférer le riz complet dans les menus végétariens et le riz demi complet ou blanc en accompagnement du poisson ou des viandes.

Ne pas boire de thé noir ou vert, ni de tisane tannique comme le thym au cours ou trop proche du repas. Ces boissons peuvent être consommées loin du repas mais leur préférer tout de même les infusions de plantes douces (verveine, camomille, mélisse, cynorrhodon, prêle, cassis…).

Le jaune d’œuf liquide, cru ou presque, permet une bonne assimilation du fer. Il contient toutes les vitamines nécessaires pour cela. D’ailleurs nos ancêtres faisaient régulièrement en cas de fatigue des cures de quelques semaines de jaunes d’œuf, ultra frais, délayés dans de l’alcool pour les adultes et dans du lait, non pasteurisé ou upérisé, pour les enfants. On peut délayer du jaune d’œuf, légèrement cuit , dans des légumineuses, du tofu (essayez le tofu japonais) ou même de la viande.

 TRAITEMENTS NATURELS 
Traitements généraux, de terrain

Il est souvent nécessaire de prendre des produits de complémentation riches en fer.  En cas de carences déjà importantes (ferritine en-dessous de 20) ou en cas de correction alimentaire impossible.

On trouve d’excellentes préparations au fer préparées  naturellement avec des plantes, des légumes, des fruits, des vitamines qui sont en général bien tolérées digestivement et bien assimilées. (Voir les boissons Floradix notamment).  Les dosages par prise doivent être de 14 mg, et le nombre de prises peut monter à 3 par jour,  De préférence 30 minutes avant les repas ou éventuellement pendant le repas. Le sel de fer doit être accompagné des vitamines B9 et B12 et C

Une poudre de spiruline de bonne qualité prise en quantité suffisante pourra compléter efficacement les apports alimentaires. On trouve aussi des "spiruline" enrichies en fer (Flamand Vert Vegifer)

Il existe aussi des fer dit "chélatés", bisglycinate, du pidolate de fer également, des formes de fer parfaitement assimilées et bien tolérées digestivement, n'entrainant pas de constipation sévère. Il est nécessaire d'apporter de 20 à 30 mg de fer au quotidien dans ces cas, sur une longue durée.

E,nfin, en entratien, carence légère, ménopause, il existe des solutions colloïdales de fer. Très douces digestivement et assimilable.

Un manque de fer ne se traite pas rapidement. Même si les effets ressentis sont souvent rapides ! L’assimilation du fer est régulée de façon  différente d’un individu à l’autre. Il faut compter de 3 mois à 1 an suivant les cas. Un homme remontera facilement ses réserves de fer, une femme ayant des règles importantes devra quelquefois prendre des compléments de fer durant des années. Il faut adapter la durée mais ne pas avoir peur de la complémentation naturelle à dosage physiologique. L’alimentation et la digestion sont bien sûr primordiales

Traitements plus ciblés, symptomatiques

Remarques importantes

RESUME DES PRODUITS CONSEILLES
• Compléments de fer
• Spiruline







Se connecter automatiquement
Mot de passe oublié ? Cliquez ici
Inscrivez-vous !
Suivez nous sur facebook :
Inscrivez-vous dès maintenant à notre NEWSLETTER







Accueil | Actualités | Fiches conseils | Dossiers | La cuisine santé de Valentine | Bilan de santé | Forum | Glossaire | Annuaire | Index | Contact | Mentions légales | réalisé par Amenothes Conception

Les informations pour un meilleur bien-être relatives à l'usage des plantes médicinales, des compléments alimentaires, des conseils d’hygiène mentionnées sur ce site sont délivrées à titre informatif et ne sauraient en aucun cas se substituer aux diagnostics et aux ordonnances délivrés par les médecins qui sont les seuls habilités à délivrer diagnostics et traitements médicaux thérapeutiques. Santeonaturel.com décline toutes responsabilités en cas d'accident, de lésion ou de préjudice subi par quiconque pratiquerait une automédication ou l’arrêt d’un traitement médical sur la base des informations contenues dans ce site.